Fanfic Harry Potter #6

           Deux jours après mon arrivée au manoir, Lucius Malefoy avait regagné sa demeure… pour mon plus grand bonheur. Cet homme m’insupportait tellement. Je commençai à me dire que je prendrai sûrement un logement ailleurs sous peu. Le lendemain de son retour, je fus conviée à une réunion organisée par le Seigneur des Ténèbres. Les Mangemorts se placèrent autour de la grande table en bois qui trônait dans l’une des immenses pièces du manoir. Rogue me fit signe de me placer entre lui et Drago. Voldemort commença à donner ses ordres pour les jours à venir, et après un moment de silence, il me fit signe de me lever. J’haussai un sourcil. Que me voulait-il donc ? Sans un mot, je m’exécutai, et il s’approcha.

           – Sacha Sylther, n’est-ce pas ?

Je hochai la tête en simple réponse.

           – J’ai confiance en Severus, c’est sûr, cependant… Je veux être convaincu que tu n’es pas une espionne.

Je sentis Rogue se crisper à côté de moi, et Drago ne me quittait pas des yeux. Je restai stoïque, tant bien que mal, ne voulant pas me trahir en montrant mon appréhension.

           – Je n’ai rien à cacher.

           – Nous allons voir ça.

Un sort de lecture mentale. Je m’en doutais. Bien que l’occlumancie n’ait jamais été mon plus grand fort, je réussis tant bien que mal à cacher tout ce qui aurait pu me compromettre. Voldemort semblait assez contrarié de ne rien trouver et finit par cesser sa recherche, mais pas son insistance.

           – Eh bien, soit tu es honnête, soit tu es assez douée. On va confirmer ça. Endoloris !

Son sort n’eut pas le temps de m’atteindre que je l’avais bloqué. Il me regarda avec stupéfaction et je ne sus jamais si c’était parce que j’avais osé résister, ou si c’était parce que j’avais réussi à contrer l’un de ses sorts.

           – Je ne suis pas venue ici pour me faire torturer, et il est hors de question que je me laisse faire face à un tel sortilège.

Le silence de mort qui régnait dans la pièce était assez étouffant. Aucune des personnes présentes dans la pièce n’osait broncher et Voldemort restait immobile, une expression neutre sur le visage. Ce fut Rogue qui finit par rompre ce silence. Il se leva et me fit signe de me rasseoir.

           – C’est une jeune pleine de talents, Maître, mais elle n’est pas du genre à se laisser faire. Ne lui en tenez pas rigueur, je suis tout à fait sûr qu’elle est honnête.

Le Seigneur des Ténèbres resta silencieux et impassible un instant, avant de hocher la tête d’une façon brève et de faire signe à Rogue de se rasseoir.

           – Je testerai ses compétences une autre fois, répondit-il simplement d’une voix glaciale.

Je le regardai s’asseoir en bout de table, et il reprit ses instructions. L’atmosphère se détendit un peu, et après une bonne demi-heure, il conclut la réunion. Rogue en profita alors pour me dire de le suivre, et nous quittâmes le manoir.

           Après avoir transplané dans une ruelle, Rogue me guida jusqu’à une petite auberge. Elle était pratiquement vide, et surtout, assez mal famée. Il monta au premier étage, où il n’y avait pas âme qui vive, et s’installa à l’une des tables.

           – Ici nous pourrons parler en toute tranquillité. Tu connais des sortilèges de protection ?

           – Quelle question…

Avec quelques coups de baguette, je rendis la pièce totalement sécurisée. Il aurait apparemment été problématique qu’un Mangemort nous espionne. Rogue restait quelqu’un de froid et de peu avenant, et il n’y avait qu’en ma présence qu’il semblait un peu plus détendu. Après avoir fouillé dans une de ses poches, il en sortit une petite fiole dans laquelle se trouvaient des filaments bleu pâle. Il me la tendit.

           – Je suppose que vous savez de quoi il s’agit ?

           – Un souvenir ?

           – Exact. Vous comprendrez mes faits et gestes grâce à ça. Je vous demanderai simplement de la détruire une fois que vous l’aurez utilisée.

           – Oui, bien sûr.

           – Ensuite, il va falloir que je vous donne quelques indications. À vrai dire, si je vous ai demandé de me suivre, ce n’est pas uniquement pour protéger Drago Malefoy. Je connais votre opinion sur le Seigneur des Ténèbres et ses disciples, et je ne compte évidemment pas vous demander de devenir une Mangemort. Seulement, ne soyez pas trop rigide face à lui. Ce n’est pas un simple sorcier, et il pourrait vous tuer si jamais il trouve que votre réaction est un affront.

           – Je me doute bien, mais…

           – Laissez-moi finir. Malgré ça, j’ai cru comprendre qu’il portait un intérêt certain à vos pouvoirs, et si vous faites vos preuves vous serez certainement en bonne position par la suite. En revanche, tâchez de garder des sorts en réserve, car vous seriez désavantagée s’il connaissait tous vos points forts et points faibles. Je voulais ensuite vous dire que beaucoup de Mangemorts n’apprécient pas votre présence, et qu’ils risquent de s’en prendre à vous. Et pour finir… j’aimerais que vous vous serviez de votre présence au sein de l’armée du Seigneur des Ténèbres comme d’un gros atout : utilisez votre intelligence et votre malice pour recueillir des informations importantes, voire même vitales, pour nous aider à le vaincre. Cherchez ses failles, ses secrets, ainsi que ceux de ses sbires, et gardez-les en mémoire.

           – En gros, je suis une gentille, qui se fait passer pour une méchante, afin de trahir les méchants au dernier moment pour aider les gentils, c’est ça ?

           – Euh… oui, exact. D’ailleurs, votre autre mission, c’est d’empêcher Drago Malefoy de devenir un assassin. Dissuadez-le de tuer, sans le mettre en danger par rapport à sa position. Faites en sorte qu’il achève ses missions sans commettre un meurtre.

           – Oui, ça ne sera pas très difficile, mais c’est d’accord. Seulement… pourquoi me demander ça à moi ?

           – Durant mes longues années de carrière à Poudlard, je n’ai jamais eu aucun élève à Serpentard aussi doué que vous. En plus de maîtriser la magie mieux que certains mages connus très puissants, vous savez rester raisonnable et vous en servir avec sérieux. Et puis, vous avez de bonnes convictions.

           – Merci professeur, répondis-je, flattée par tant de compliments.

           – Je vous demande juste une chose : ne vous attaquez JAMAIS à Voldemort, peu importe ce qu’il fait, d’accord ?

J’acquiesçai et il se leva. Je fis de même, et nous sortîmes de la petite auberge. Rogue me salua et me donna un bout de papier sur lequel se trouvait une adresse. Il m’expliqua que je pourrais loger là-bas en attendant de trouver quelque chose par moi-même. Je le remerciai et transplanai à l’endroit décrit. La rue était affreusement vide, mais surtout, les numéros ne correspondaient pas.

           – 12 Square Grimmaurd, lus-je à haute voix en fixant le papier.

À cet instant, les maisons commencèrent à bouger et je fis un bond en arrière. Un mur, des fenêtres, une porte, et un petit jardin apparurent devant moi. Je vis alors le « 12 » sur la boîte aux lettres, et restai un moment bouche-bée face à cette apparition. Je finis par marcher lentement jusqu’à la porte et entrai. L’endroit était… lugubre. De plus, j’ignorai totalement où j’étais. Par mesure de précaution, je fis un bref tour du rez-de-chaussée, afin de désactiver tous les pièges magiques qui auraient pu s’y trouver, puis je fis disparaître la poussière et les toiles d’araignée qui encombraient l’endroit. Être seule ici ne me rassurait guère, mais j’aurais au moins la paix. Je montai à l’étage et fis un tour des pièces. Je tombai alors sur une chambre étrange : sur l’un des murs était peint un immense arbre généalogique et je compris alors où je me trouvais. Rogue m’avait fait venir dans la maison de la famille Black. Pourquoi ? Je l’ignorai encore… Je m’assis sur un lit, dans la chambre en face de celle de l’arbre, et sortit la fiole de ma poche. Je la contemplai un instant, silencieuse et immobile. Je soupirai, et après avoir sorti la mèche de souvenirs, j’incantai un sortilège me permettant de les lire. Je vis alors un bon nombre de choses : le séjour de Rogue à Poudlard et ses mauvaises relations avec James Potter, ensuite celui chez les Mangemorts, pour finir par quelques-unes de ses discussions avec Dumbledore. Je compris alors le double jeu qu’il menait, et la force qu’il lui avait fallu pour être mal vu par bon nombre de personnes alors que son unique but était d’aider les forces luttant contre Voldemort. Je vis ensuite les membres de l’organisation nommée « Ordre du Phœnix » et j’eus l’explication du choix de ce lieu comme refuge. Pour finir, je vis sa dernière conversation avec Dumbledore. Il n’avait donc jamais eu la volonté de tuer le directeur, bien au contraire… mais celui-ci, aux portes de la mort, lui avait demandé de se charger de la mission de Drago, afin de l’empêcher de devenir un meurtrier.

           Je quittai ces souvenirs, un peu sonnée, et après avoir fait disparaître la fiole, je m’allongeai sur le lit. Le vie de Rogue n’avait jamais été facile : martyrisé étant jeune par le père de cet idiot à lunettes et ses amis, puis méprisé par beaucoup de monde à cause de son double jeu devant rester secret, il avait dû rester seul, sans réel allié sur qui compter, hormis Dumbledore. Pire encore, il avait été obligé de tuer la seule personne lui accordant son entière confiance, afin de lui éviter une fin plus cruelle, certes, mais tout cela en passant pour le méchant de l’histoire aux yeux de tous. Ça me rendait assez triste de savoir ça. Après tout, il avait toujours été charmant avec moi, et jamais je n’avais pensé qu’il puisse être un traître ou un lâche. Après un soupir, je me levai, et j’entendis du bruit en bas. Je dégainai ma baguette, et me glissai hors de la chambre sans un bruit. Quelqu’un s’agitait en maugréant au rez-de-chaussée. J’aperçus alors un elfe à l’air fort peu aimable. Je rangeai ma baguette et descendis. Il sursauta en me voyant et commença à m’incendier.

           – Qui êtes-vous ?! Et que faites-vous ici, sale petite sorcière ?!!

           – Change de ton avec moi si tu ne veux pas que je te cloue le bec d’un coup de baguette. Mais pour te répondre en toute franchise, c’est Severus Rogue qui m’a fait venir ici.

           – Rogue… murmura l’elfe, puis il releva les yeux vers moi, avec toujours ce petit regard agressif, vous êtes de sang pur, alors Kreatur va vous laisser rester ici, mais ne touchez pas les objets de la maison !!

           – Ne t’en fais pas, je n’ai pas que ça à faire.

Je remontai au premier, un peu soulagée de ne pas être seule dans cette maison lugubre. Même si la présence de cet elfe était dérisoire, c’était toujours mieux que rien. Lorsque mon regard s’attarda sur la corbeille à l’entrée de la chambre, je vis un vieil exemplaire de la Gazette du sorcier à l’intérieur. Je le pris, et reconnus Sirius Black sur la couverture. J’en savais très peu sur cet homme, mais il avait l’air d’être quelqu’un de bien. Dommage que la folle furieuse qui servait de tante à Drago l’ait assassiné… Je m’allongeai de nouveau sur le lit. Il se faisait tard et mes yeux se fermèrent tout seuls.

 

À suivre

– Akïra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *