Il était une fois

Vous aussi vous êtes un lecteur avide qui adore se plonger dans un bon livre pour découvrir des histoires fabuleuses qui font rêver? Alors on est deux. Peut-être plus remarque, mais peu importe le nombre, ce qui m’intéresse ici c’est cette relation complexe et belle qui s’instaure entre le lecteur et le récit. J’ai la chance – et j’espère ne pas être la seule – d’avoir un esprit dont l’imagination très développée me permet de m’immerger dans n’importe quelle histoire sans problème. Ce sentiment, cette impression de faire partie de l’aventure est fort agréable, je dois l’admettre… Néanmoins, il manque souvent un petit quelque chose…

N’avez-vous jamais ressenti cette frustration intense face à un livre, ou même une série, de ne pas pouvoir entrer dans l’histoire afin d’influencer son cours parce que « AH OUI MAIS LA NON, NON, JE SUIS PAS D’ACCORD! » ? Moi si. J’ai « leihglehgtohbeozh » un bon nombre de fois sur ma chaise ou mon canapé en me disant « azy, je veux lui faire un câlin là, c’est trop hardcore ce qu’il vit » ou « mais… mais… MAIS JE VAIS LUI CASSER LA GUEULE A CE [la suite de cette phrase a été censurée afin de préserver les yeux chastes de notre jeune public. Cordialement. Akïra] ». Seulement, croyez-moi, j’ai déjà essayé de rentrer dans un livre ou dans un écran et… Ça marche pas.

Alors vous vous en doutez, si j’écris cet article, ce n’est pas juste pour vous raconter l’échec de ma tentative de rejoindre mes personnages favoris en traversant mes mangas (je ne lis pas que ça, mais j’ai déjà dit livre, et je n’aime pas me répeter, rien que là, avoir mis « lis » et « livre » ça me perturbe m’voyez), mais bien pour vous parler de THE solution. Oui mesdames et messieurs, il est possible de rentrer dans une histoire passionnante, de l’influencer, ET MÊME d’en être le personnage central! Tout ça grâce à… la magie du jeu vidéo!

Oui, je suis une grande gameuse. Oui, j’adore jouer. Oui, je joue même sûrement plus que je ne lis. (hum… je ne devrais peut-être pas le dire ça…  tant pis!) Et j’ai toujours défendu cet art – oui art, A-R-T, vous m’avez bien lue – parce que je le trouve vaste, complexe, fabuleux et encore bien incompris. Donc pour les gens qui pensent encore que « les jeux video c’est caca » et qu’ils se résument à « colofduti » ou aux « meuporgs« , et que ce démon sanguinaire n’a été créé que pour abrutir les enfants ou les transformer en dangereux psychopathes… Laissez-moi vous faire découvrir quelques jeux narratifs géniaux qui, j’espère, vous feront sortir de cette image clichée et biaisée.

 

Stanley ParableTHE STANLEY PARABLE

(2011 – par Davey Wraden et William Pugh)


Commençons avec un petit jeu un peu « 
what’s the fuck?! » (ou wtf pour les intimes) dont le but est à la fois fort simple et fort intéressant. Dans TSP (oui parce que le nom en entier est long à écrire et je suis une feignasse) on incarne Stanley, un employé de bureau lambda, qui réalise un jour que son lieu de travail est complètement vide. Pouf. A plus personne. Du coup, il décide de sortir de son bureau et d’aller voir ce qu’il s’est passé. Et. Voilà. Fin. Merci d’avoir lu cet article, à bientôt!

Bureaux - The Stanley parableNon, je plaisante bien évidemment. J’ai beaucoup d’humour m’voyez. Bref, ce jeu est ultra simple: tu avances, tu avances et des fois tu cliques. Rien de bien compliqué, je vous l’avais dit. Là où ce jeu est incroyablement génial et en adéquation avec ce dont je vous parlais précédemment, c’est qu’il a un acteur clé: le narrateur. En effet, pendant que vous jouez, une voix off conte le récit dans lequel vous êtes et indique au joueur la voie à suivre. Seulement, contrairement aux romans qu’on lit au coin du feu, dans ce jeu, on peut choisir de ne pas suivre ce que raconte le narrateur! Par exemple, un des premiers choix qui s’offrent à nous, se résume à « prendre la porte de gauche ou prendre la porte de droite? », et tandis que le narrateur raconte sa petite histoire en nous disant d’aller à droite, on peut lui faire un bon gros « LOL. NOPE. » et aller à gauche. À partir de là, l’histoire sera modifiée et s’adaptera au choix que l’on a fait. TSP n’a pas de réellement de but, il est simplement basé sur ce jeu avec le narrateur (qui, d’ailleurs, franchit régulièrement le quatrième mur pour nous engueuler quand on ne l’écoute pas), et le joueur est guidé par sa volonté de découvrir les différentes fins (il y en a 17 si je ne dis pas de bêtises). Les décors ne sont pas extraordinaires esthétiquement parlant, mais franchement, l’ambiance est superbement travaillée! Le narrateur et sa façon d’interagir avec le joueur sont tout simplement fabuleux. Suivre votre chemin ou suivre celui que l’on vous dicte, à vous de choisir!

 

Life is StrangeLIFE IS STRANGE

(2015 – par Dontnod Entertainment)


Jeu déconseillé aux gens fragiles émotionnellement. Je suis tombée dessus par hasard, en mode « 
hohoho, des soldes sur Steam! Mécétrogénial!« . J’ai fait mes petites courses et j’ai trouvé ce jeu. Alors bah… j’y ai joué. Enfin, plutôt, j’ai perdu tout contact social pendant 16h le temps de le finir. Ah oui, non, parce que, comment dire… Dans LIS (oui, trois mots ça fait beaucoup, je vous jure), on incarne Max, une jeune étudiante passionnée par la photo, qui est toute mignonne et toute discrète. Puis un jour, BAM, elle découvre qu’elle a le pouvoir de remonter le temps. Elle retrouve sa meilleure amie perdue de vue, Chloe, qui est entre temps devenue une junkie aux cheveux bleues (et qui a touché mon petit kokoro) et il commence à lui arriver pas mal de bricoles. Une des filles du campus s’est volatilisée, et comme c’était un peu la bestah’ de Chloe, Max commence à enquêter avec elle pour la retrouver… sauf que cette tâche s’avère bien plus complexe et dangereuse que prévue.

Max and ChloeCe jeu est un point-and-click, et j’adore ça. En gros, cette fois, pas de narrateur externe à l’histoire, mais un récit conté par Max, la demoiselle que l’on incarne. Niveau gameplay, on peut se déplacer, interagir avec certains objets et avec les autres personnages. Le concept est simple: on peut influencer l’histoire en fonction de nos choix et de nos actions. On peut choisir d’utiliser le pouvoir de Max, de ce qu’on va dire aux personnages que l’on croise, et même si tout cela ne change pas la trame principale, ça se répercute sur tout plein de petits détails (qui ne sont parfois pas si petits que ça d’ailleurs, mais ça, je vous laisse le découvrir). On se retrouve plongés au coeur d’une histoire passionnante et émouvante, travaillée avec soin. Les personnages sont extrêmement attachants (Max et Chloe, mon dieu, je les aime tellement) et du coup, c’est d’autant plus agréable d’avoir cette impression de contrôler certaines choses, de pouvoir modeler le récit, et de découvrir ce que nos choix ont comme impact dans l’histoire. J’ai dévoré le jeu d’une traite (c’est dur à digérer, mais mon estomac s’en remet) tout comme j’ai l’habitude de dévorer les livres que je trouve passionnants. Je le recommande aux amateurs d’action et de belles histoires (à noter aussi que niveau graphismes c’est très joli et que les musiques sont magnifiques).

 


Jeux TellTaleTELLT
ALE GAMES

Pour finir, je ne vais pas vous parler d’un jeu précis, mais d’un studio qui fait des jeux qui sont ABSOLUMENT GÉNIAUX. Alors, il y en a trois à noter, qui ont eu beaucoup de succès: A Wolf Among Us, The Walking Dead et Game of Thrones. CALMEZ-VOUS TOUT DE SUITE. Je vous vois venir. Bon, il n’y a pas que ceux là, bien évidemment, ils en ont fait beaucoup d’autres, mais je ne connais bien que les deux premiers que j’ai cités (GoT c’est juste pour que vous soyez au courant, et parce que je sais que certains Renards sont des fangirls de cette série *fait coucou*). Idem que pour Life is Strange (allez, je fais un effort), ces jeux sont des point-and-click où l’on suit une trame principale et un personnage, et où nos choix de paroles et d’actions peuvent influencer l’histoire. Le style graphique est à tomber par terre (enfin personnellement il me fait craquer) et le reste… Difficile de ne pas faire l’éloge de ces jeux. 

Je n’ai joué qu’à The Walking Dead (cette série est dans mon coeur t’as vu) et mon dieu… C’est tellement prenant… Tellement bouleversant… Tu as vraiment l’impression d’être au coeur de la série – avec des personnages différents de cette dernière par contre -, tu te retrouves confronté aux mêmes choix, aux mêmes horreurs, aux mêmes moments dramatiques, et… TU PLEURES COMME UNE MADELEINE (même si je vois difficilement comment une madeleine peut pleurer, mais ça c’est un autre sujet). Déjà que la série a parfois été un traumatisme, alors là… L’immersion est tellement totale que c’est difficile de rester de marbre face à cette histoire.The Wolf among us

Pour The Wolf Among Us, j’ai simplement regardé les Let’s Play du génialissime Bob Lennon sur ce jeu. Et comme il faisait à peu près tout le temps les choix que j’aurais fait, c’était cool! Dans le principe, idem que pour The Walking Dead, sauf que là on est plongés dans un univers tout aussi sombre, mais se déroulant aux USA, et où les personnages de contes de fées sont obligés de vivre dans la misère et se retrouvent mêlés à des choses plus ou moins horribles. On incarne Bigby Wolf – alias le grand méchant loup -, le shérif de la ville, et on enquête sur ces fameuses choses plus ou moins horribles dont j’ai fait mention. De l’action, de la baston, du drame, aussi génial que TWD, The Wolf Among Us vaut vraiment le détour. Donc si vous adorez GoT et TWD, que vous avez toujours rêvé de pouvoir plonger dans ces univers et de pouvoir en faire partie, ou que vous adorez les histoires passionnantes en général, n’attendez plus, les jeux de Telltale sont faits pour vous!

Voilà, ce ne sont que quelques exemples liés à mon expérience personnelle et il est évident que d’autres jeux géniaux et immersifs doivent exister – et j’ai d’ailleurs fort hâte de tomber dessus. N’oubliez pas, tous les arts sont différents, mais aucun ne doit être méprisé car de belles choses se cachent partout!

 

— Akïra

 

2 réflexions au sujet de « Il était une fois »

  • Oh ! Cet article me fait plaisir !
    Je retrouve plein de jeux que j’ai fait.

    The Wolf among Us est génial, tout simplement. Il m’a d’ailleurs permis de découvrir les comics « Fables » dont le jeu est tiré et qui sont très très bien aussi. J’ai même refait le jeu après avoir lu quelques tomes et c’est encore meilleurs parce qu’on découvre plein de références un peu cachées.
    The Wolf among us je peux en parler des heures, il y a un patte graphique (qui est propre au jeu puisque le comic a une apparence différente), il y a l’écriture, le timing … c’est super cool.
    D’ailleurs je crois que c’est pour ça que les jeux TellTale sont bons : c’est parce qu’ils sont écrits et réalisés par des gens qui aiment les univers qu’ils mettent en scène. Et ils le font à leur façon, en s’éloignant juste un peu de l’oeuvre de base. Je crois que c’est important.

    Pour faire le lien avec la video de Godefroid sur l’occulus et compagnie, moi c’est surtout sur ce genre de jeux ou j’attends les casques VR. Ce serait encore un cran de plus dans l’immersion.
    Ça c’est un mariage intéressant entre littérature et univers virtuel.

    Par extension, une bonne écriture de fond sur le background, même si aucun scénario n’est développé dans le gameplay, permet de donner une personnalité à un jeu.

    J’attends vivement la suite de The wolf among Us T_T

    Encore merci pour l’article et A plus !

  • Oui, j’avoue que l’occulus sur d’excellents jeux à la première personne comme ceux-là ce serait tellement génial *^*
    Merci à toi pour ce retour ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *