Just a fling

– Retrouvez Just a Fling, la fiction de Pasto, dans sa langue originale en anglais, suivie de sa traduction française Juste un flirt –   
   

  He had been laying on the bed for more than two hours, eyes wide open. Next to him, the girl was making a sound halfway between sleep breathing and snoring. She had fallen asleep right after she came. He had told her he wasn’t interested in sex in the common penetrative way, and that all he wanted was to please her. She was self-centered enough to accept that compromise. As long as she came in one way or another…

            He had used many excuses not to tell the truth, even if this one was the most effective. Sometimes he blamed the excess of drinking or smoking for his inability to get hard, or just confessed being impotent. It all depended on the person he was with and how he thought they will react. Over time he had learnt to read people’s mind pretty well and was seldom wrong. Of course, once in a while, it didn’t work and the person left.

            He laid there for another hour, trying, in vain, to remember the girl’s name. When the clock struck five, he got up. He wanted some tea, but the fear that the whistling tea-pot would wake her up discouraged him.

            In the bathroom, he looked at his reflection for a long time, which stared back at him, with a disgusted gaze. He was paler than ever or maybe it was the lighting, his hair looked thinner, but it might have only been his imagination. As for the huge purple darks circles under his eyes, he couldn’t find any excuse, they were real. For a second, he considered the idea of using the girl’s foundation to hide those and look a little more human. But between looking like a zombie or a tart, the first option was clearly the best one. Besides, some might get stuck in his beard.

            He scrubbed violently his face as if he was trying to wash it down the sink. Back in the room, he collected his clothes in silence, but one sock remained missing. When he lifted the blanket to check if it wasn’t buried under it, the girl grumbled. He froze, hesitating to hide under the bed. The reason he always went to his conquests’ apartments was in order to be able to leave before they wake up and thus avoiding an awkward encounter in the morning. Fortunately, she snored a little louder and became peaceful again. After five minutes of quiet and cautious investigation, he gave up and stumbled to the door, his shoes in his hand.

            As he was about to leave, he threw a last glance at the girl. With her scattered reddish hair, she looked like this girl he used to be obsessed with. That was probably why he flirted with her in the first place.

            In the elevator, he wondered why he kept doing this, when it would be easier to just stop having any physical encounter. It was not as if he took that much pleasure satisfying those people. It just made him feel normal again in a safer way.

            It was still dark when he left the building. On the boulevard, a dozen trucks were delivering supplies to all sorts of shops: grocery stores, florist, restaurants… He passed a bakery and the smell of fresh hot bread made him realize he was starving. Despite the early hour, the door was open and the baker served him tea and one of the first, still warm croissant.

            As he was wandering in the streets, crossing the first people going to work and the garbage collectors, he realized he was heading to the sea. He sat on the rocks and watched the sun rising above the water. He wasn’t even ashamed to be a real Southerner who thinks that the sun will never rise again after two rainy days even if he had spent a few months in a Northern country.

            He thought about the girl’s hair again, it was just like hers. It irritated him. Every time he assumed he was over her, some unintentional action will drive him back to her. He hated her for still being so present in his life. She was nothing at first, just another girl he was playing with. She was young and impressionable, the best combination. But probably because or maybe thanks to him, she grew up and got tired of his games, so she ended their fling. He got absurdly mad. No toy had ever told him when it was over, it had hurt his ego deeply. He found out a couple months after. He never told her, there was no use, she was safe. But she kept coming back in his mind, over and over, the one girl who had rejected him. In his fantasy about settling down, he imagined her as the perfect wife. He used her to picture the life he could never have, even if they would actually not get along together as a real couple.

            She warned him that she’ll haunt him. “You won’t forget me that easily” she said once, probably unaware of how accurate she was. He never even loved her, not during those days, nor when he was broken, thinking about her all the time. He didn’t even know her, he never wanted to. She was a puppet, acting like he wanted, being who he wanted. She played the part he wrote, and she was still playing it in his daydreams.

            When his phone alarm rang, he jumped, half scared, half surprised. How could it be 8 am already? He might have fallen asleep without realizing it. From a hidden pocket inside his jacket he pulled out a box with a large number of various colour and shape pills. He took 3, all different, and swallowed them with his cold tea. When he put the box back on his original spot, he felt the recognizable squared wrapper of a condom. He sneered bitterly. He didn’t even know why he was still carrying this with him. That wouldn’t change anything or solve the problem. It was so unsafe, condoms are too fragile, they break so easily. Actually, any solution looked too dangerous to him. The risks were too high. Abstinence was the only real solution.

            As he left the beach, he threw the condom in the garbage downstairs. He tried to remember where he had parked his car. Now the streets were busy and trafic was becoming denser as students were going to class, early tourists with red faces were wandering on the streets, men and women with suitcases were rushing in and out of the buses.

            He was still thinking about the condom when he finally found his car. It might have been because of that, a broken condom or just unprotected sex. That was the worst part, not knowing how, not knowing who. He was convinced it was a boy, as thirty years of homophobic assumptions want to make him think. The truth is that his sexual preferences make him more susceptible to get it, that’s what the doctors said. Who would have guess that having sex with men and women would be much more dangerous than any more restrictive sexuality. But it kind of made sense, the more partners you have, the more you’re exposed.

            As he was driving on the seaside, he tried to remember that life was not just about sex and his little pleasure was less important than the other’s health. He made this his rule, he wouldn’t pass it on, he wouldn’t destroy someone else. Because even if people live with it nowadays, way longer than in the eighties, it’s definitely not the best life.

IMG_6548


Traduction française :

Juste un flirt

            Cela faisait plus de deux heures qu’il était allongé sur le lit, les yeux grands ouverts. À côté de lui, la fille exhalait un doux ronflement, s’apparentant à la profonde respiration du sommeil. Elle s’était endormie juste après avoir joui. Il lui avait déclaré ne pas être intéressé par le sexe dans son concept pénétratif communément admis et que tout ce qu’il désirait c’était de la satisfaire, elle. Elle était assez égoïste pour accepter ce compromis. Du moment qu’elle prenait son pied d’une manière ou d’une autre…

            Il se servait de différentes excuses pour ne pas révéler la vérité, mais celle-ci restait la plus efficace. Parfois, il disait que l’excès d’alcool ou de fumée l’avait rendu incapable d’être performant, ou avouait simplement être impuissant. Cela dépendait toujours de la personne qu’il avait devant lui et de la manière dont il pensait qu’elle allait réagir. Avec le temps, il avait appris à lire les gens et en règle générale, il devinait juste. Bien sûr, de temps en temps, l’excuse ne fonctionnait pas et la personne décidait de le planter.

            Il resta étendu là, dans ce lit étranger, pendant encore une heure en essayant, en vain, de se souvenir du nom de la fille. Quand l’horloge afficha cinq heures, il se leva. Il aurait rêvé d’un thé, mais la peur que la bouilloire ne la réveille en sifflant le découragea.

            Dans la salle de bain il examina son reflet un long moment, qui le toisa d’un œil dégoûté. Il était plus pâle que jamais ou peut-être était-ce la faute de l’éclairage, ses cheveux semblaient plus fins, mais cela aurait aussi bien pu être son imagination. Quant aux larges cernes mauves sous ses yeux, impossible de trouver une excuse, elles étaient bien réelles. Pendant une seconde, il considéra le tube de fond de teint de la fille afin de les dissimuler et avoir l’air un peu plus humain. Mais entre ressembler à un zombie ou une cagole, la première option restait la plus judicieuse. De plus, sa barbe s’en verrait, au passage, redécorée.

            Il frotta son visage comme s’il tentait de le faire disparaître et s’écouler dans le lavabo. De retour dans la chambre, il rassembla ses vêtements en silence, mais une chaussette restait introuvable. Quand il souleva un coin du drap pour vérifier si elle ne s’y était pas enfouie, la fille grogna. Il se pétrifia, hésitant à se cacher sous le lit. Le choix de l’appartement pour ses escapades nocturnes n’était motivé que par son désir de fuir la rencontre post-coïtale. Heureusement, elle ronfla un peu plus fort et s’apaisa de nouveau. Après cinq minutes d’une investigation prudente et silencieuse, il abandonna et clopina jusqu’à la porte d’entrée, ses chaussures à la main.

            Alors qu’il s’apprêtait à sortir, il lança un dernier regard à la fille. Avec ses cheveux rougeâtres éparpillés sur l’oreiller et son visage apaisé, elle ressemblait à la fille qui avait longtemps été le sujet de son obsession. C’est peut-être la raison qui l’avait poussé à l’aborder en premier lieu.

            Dans l’ascenseur, il se demanda pourquoi il persistait à jouer cette mascarade quand il aurait été beaucoup plus facile de simplement cesser d’avoir le moindre rapport physique. Si au moins il retirait le moindre plaisir à satisfaire ces personnes, si ce n’est celui de se sentir normal de nouveau, sans mettre qui que ce soit en danger.

            Il faisait toujours noir quand il passa la porte de l’immeuble de sa conquête. Sur le boulevard, des dizaines de camions garés en double file ravitaillaient toutes sortes de boutiques : supérettes, fleuristes, restaurants… Il passa devant une boulangerie et l’odeur chaude de pain frais lui fit se rendre compte qu’il était affamé. Malgré l’heure matinale, la porte était ouverte et le boulanger sortit de son atelier pour lui servir un thé et un des premiers croissants, encore tiède.

            Alors qu’il déambulait sur le trottoir, croisant les éboueurs et les premiers malchanceux se rendant au travail, il réalisa que ses pas le menaient vers la plage. Il s’assit sur les rochers et regarda le soleil se lever sur l’eau. Il ne se sentait même pas honteux d’être un véritable sudiste qui pense que le soleil ne réapparaîtra jamais après deux jours de pluie, même s’il avait vécu quelques mois dans un pays nordique.

            Il repensa aux cheveux de la fille, exactement les mêmes qu’elle. Ça l’irrita. Chaque fois qu’il pensait être passé à autre chose, une action involontaire le ramenait à elle. Il la haïssait d’être toujours aussi présente dans sa vie. Au départ, elle n’était rien, rien de plus qu’une autre personne dont il s’était joué. Elle était jeune et impressionnable, la meilleure combinaison. Mais probablement à cause, ou plutôt grâce à lui, elle avait grandi et en avait eu assez de ses jeux, alors elle avait mis fin à leur flirt. Il était entré dans une rage absurde. Aucun jouet ne l’avait jamais évincé, son ego en prit un coup. Il apprit la nouvelle deux mois plus tard. Il ne lui avait jamais dit, c’était inutile, elle ne craignait rien. Mais son souvenir lui revenait sans cesse, la seule personne qui l’avait rejeté. Dans ses fantasmes, quand il s’imaginait se ranger et s’installer, il la voyait comme l’épouse parfaite. Il l’utilisait pour inventer la vie qu’il ne pourrait jamais avoir, même si en réalité leur couple n’aurait jamais pu marcher.

            Elle l’avait prévenu qu’elle le hanterait. « Tu ne m’oublieras pas si facilement », avait-elle dit une fois, ignorant probablement à quel point elle avait vu juste. Il ne l’avait jamais aimé, ni à l’époque, ni plus tard, lorsqu’il fut brisé, pensant à elle en chaque instant. Il ne la connaissait même pas, il n’avait jamais voulu. Elle était une marionnette, agissant comme il le voulait, étant qui il voulait. Elle jouait le rôle qu’il avait écrit, et elle l’incarnait toujours dans ses rêveries.

            Quand l’alarme de son téléphone sonna, il sursauta, à moitié effrayé, à moitié surpris. Comment pouvait-il déjà être huit heures ? Il s’était probablement endormi sans même s’en rendre compte. D’une poche secrète à l’intérieure de sa veste il tira une boîte contenant un grand nombre de pilules de formes et de couleurs variées. Il en prit trois, toutes différentes, et les avala avec son thé froid. Quand il remit la boîte à sa place, il sentit sous ses doigts le reconnaissable emballage carré d’un préservatif. Il ricana amèrement. Il ne savait même pas pourquoi il le traînait encore avec lui. Ça ne changeait, ni ne réglait le problème. Ce n’était pas prudent, les préservatifs sont fragiles, ils cassent si facilement. En réalité, toutes les solutions qu’on avait pu lui proposer semblaient trop dangereuses pour lui, les risques étaient trop élevés. L’abstinence restait la seule vraie solution.

            Alors qu’il quittait la plage, il jeta le préservatif dans la poubelle au pied des escaliers. Il essaya  de se souvenir où il était garé. À présent les rues étaient plus animées, des étudiants se rendant en cours, des touristes matinaux au visage rougi, des hommes et des femmes armés de mallettes qui se ruaient dans et hors des bus, le trafic qui se densifiait…

            Il pensait encore à cette histoire de capote lorsqu’il trouva sa voiture. Ça avait peut-être été la raison, un préservatif qui s’était brisé ou simplement un rapport sans protection. C’était ce qu’il y avait de pire, ne pas savoir comment, ne pas savoir qui. Il était persuadé que c’était un garçon, comme trente ans de préjugés homophobes aimeraient le faire croire. La vérité, c’est que ses préférences sexuelles l’exposaient plus, voilà ce qu’avaient dit les médecins. Qui aurait pu imaginer que de coucher avec des hommes et des femmes pouvait être plus dangereux que n’importe quelle sexualité plus restrictive. Dans un sens, c’était logique : plus de partenaires signifie plus d’exposition.

            Alors qu’il roulait sur le bord de mer, il tenta de se rappeler que la vie ne tournait pas autour du sexe et que son petit plaisir était dérisoire face à la santé des autres. Telle était sa règle, il ne le transmettrait pas, il ne gâcherait pas une autre personne. Car bien qu’on puisse vivre avec de nos jours, bien plus longtemps que dans les années 80, ce n’était certainement pas la meilleure des vies.

— Pasto


ruban-rougeC’est le weekend de la campagne annuelle du Sidaction. Pour en savoir plus ou faire un don rendez-vous sur : https://www.sidaction.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *