Que lire… en cas de grève ?

Vous le savez, j’aime les mots étranges, les rayures, les câlins, et les post-it. Mais parfois, je sors de ma tanière de Renarde et je voyage vers des horizons plus ou moins lointains. J’ai dormis dans des gares et des aéroports, des bus et des trains. J’ai bien roulé dans ma voiture, j’ai beaucoup marché et je me suis assise à peu près partout où il y avait un sol pour poser mon popotin. Autrement dit, je m’adapte partout, et je ne suis pas une voyageuse née de la dernière pluie. Pourtant, il y a des paramètres que je ne peux pas prévoir, et dont je suis tributaire. Les grèves SNCF en font parties. À l’heure où vous lirez cet article, je serai probablement assise dans l’escalier d’un TGV pris à l’arrache, tous mes trains et mes places réservés ayant été annulés. Loin de moi l’idée de venir ajouter ma mauvaise humeur au climat social déjà tendu, et puis les autres Renards vous le diront, je suis toujours de bonne humeur – enfin presque ! Je n’ouvrirai pas non plus de débats politiques quant à la grève en cours ou la politique du gouvernement, ce n’est pas le lieu.

J’ai la grande chance de savoir m’ennuyer : je trouve toujours quelque chose à faire pour passer le temps ! Et vous proposer des solutions littéraires pour vous occuper si vous êtes coincés par les mouvements sociaux en est un. Alors on fonce chez son libraire, et on va piocher dans la sélection que Tata a faite pour vous !

  • Savoir s’affirmer en toutes circonstances, Charly Cungi, Pocket, 2011 :

Ce premier livre, choisi avec amour par moi-même, pourra vous être d’une utilité inestimable en cas de grève. En effet, ses conseils précieux vous aideront notamment à vous frayer un chemin jusqu’aux agents d’informations qui vous expliqueront que le St-Plouc-les-oies – Metropolis de 14h30 a été supprimé mais que celui de 18h12 roule toujours. Il y a également des exercices pratiques qui seront sans doute les bienvenus lorsqu’il vous faudra appeler le service des réclamations pour vos remboursements, ou bien quand vous devrez vaincre votre timidité pour demander si vous pouvez vous tasser sur un siège déjà occupé, parce que le couloir manque de convivialité. Bref pratique donc.

  • SNCF, héros et salauds pendant l’occupation, Jean Pierre Richardot,  Le Cherche Midi, 2012 :

Les voyages, surtout ceux qui sont rallongés, sont l’occasion de nourrir sa culture. Et pourquoi ne pas en apprendre davantage sur ceux qui vous transportent ? Jean Pierre Richardot s’est penché sur l’histoire de cette société des chemins de fer durant les heures sombres de l’histoire française. Et comme le manichéisme ça n’existe pas, on ne peut pas la qualifier de résistante sans oublier qu’elle a vendu du beurre aux allemands (dieu que j’aime les expressions désuètes qui tombent pile poil dans le thème). Entre une société qui participe au déportement de milliers de juifs et collabore avec Vichy, et des cheminots qui aident à franchir les lignes et secourent ces mêmes déportés, c’est tout un pan de l’histoire qui se trouve entre ces pages.

Pour ceux qui veulent un livre plus polémique, vous pouvez toujours lire SNCF, Un scandale français, de Pascal Perri aux éditions Eyrolles, qui pointe toutes les zones d’ombres de cette organisation de transports qui coûte cher et que l’on connaît mal.

  • La Zen attitude des Paresseuses, Anne Benoît, Marabout, 2012  :

Déjà, nous sommes tous des paresseux/ses en puissance. Même stressé comme un designer la veille de la Fashion Week, je ne vois pas pourquoi nous laisserions notre flemme bien-aimée au placard. Et une grève est un moment stressant : vous ne savez pas s’il vous faudra passer par Colmar ou Tourcoing pour arriver à Toulouse, et encore moins à quelle heure vous arriverez. Alors inspirez un grand coup, et ouvrez ce guide de la paresseuse, faites quelques tests ou listez ce qui vous a mis la rate au court-bouillon cette semaine. Puis vous pourrez toujours vous détendre en vous massant la plante des pieds, mais ça les Renards ne vous le recommandent pas si vous êtes dans un train bondé. Il paraît que ça ne se fait pas, et on ne peut pas ouvrir les fenêtres en grand sur le Paris-Marseille. Ça va déjà mieux non ?

  • La saga Malaussène, Daniel Pennac, Gallimard, 1985 à 1999 :

Alors cette série est parfaite pour ceux qui ont de longs temps d’attente ! Il y a sept tomes, donc vous aurez largement de quoi vous occuper entre deux trains, et si vous tenez à tout lire pendant votre trajet, il va falloir lire très vite, ou faire beaucoup de détours ! J’ai une grande tendresse pour cette série et ses personnages chaleureux. Les Malaussènes, ce sont les membres de la famille dont Benjamin est l’aîné. Avec 6 frères et sœurs à sa charge, leur mère perpétuellement amoureuse de nouveaux hommes qui l’emmènent en voyage, celui-ci tient malgré tout sa drôle de famille à flot. Entre Louna qui cache sa grossesse à son frère, Thérèse et ses dons de voyance, Clara et son auréole d’ange ou encore Julius le chien qui sent mauvais, il n’est pas facile pour Benjamin de survivre à ses journées de bouc-émissaire (c’est son travail dans le premier tome)… Surtout que la famille Maulaussène a la poisse, attire les ennuis et les meurtres ! Plongez donc dans ces romans policiers de Daniel Pennac, dont l’écriture colore et sublime la drôle de famille de Benjamin.

La saga comporte : Au bonheur des ogres, La Fée Carabine, La Petite Marchande de prose, Monsieur Malaussène, Des chrétiens et des maures, Monsieur Malaussène au théâtre et Aux fruits de la passion.

  • Le parti pris des choses, Francis Ponge, coll. « Métamorphoses », NRF-Gallimard, 1942 :

Si les longs romans ne sont pas votre tasse de thé et que vous préférez les petites bouffées de littérature entre deux trains annulés, pourquoi ne pas lire de la poésie ? Et puisque Hugo ou Lamartine, c’est certes beau, mais pas hyper joyeux, pourquoi ne pas se plonger dans la poésie de Monsieur Ponge ? Oui je dis monsieur. Comme un petit vers vaut mieux qu’un grand discours, je préfère vous en donner un plutôt que vous écrire vingt lignes pour vous dire à quel point c’est bien !

A mi-chemin de la cage au cachot la langue française a cageot, simple caissette à claire-voie vouée au transport de ces fruits qui de la moindre suffocation font à coup sûr une maladie.

  • Le crime de l’Orient-Express, Agatha Christie, Librairie des Champs-Élysées, 1934 :

Oui je sais, ce livre ne date pas d’hier, et vous l’avez probablement déjà lu, vu en téléfilm, ou vous en avez au moins entendu parler. Mais il n’y a rien de mal à relire un livre que l’on a déjà lu, au contraire. L’une des plus célèbres enquêtes d’Hercule Poirot saura bien vous tenir compagnie durant votre trajet. Vous aussi, vous pourrez tenter de percer le secret du meurtre de  M. Ratchett, ou bien trouver l’inspiration pour faire disparaître un voisin de train qui ronfle trop fort – je décline toutes responsabilités bien sûr.

Sinon, vous pouvez toujours papoter avec d’autres gens, prendre un petit goûter, regarder les pigeons, prendre le temps malgré tout, gribouiller dans un carnet, ou même regarder une vidéo de notre chaîne Youtube. En tout cas, bon voyage et bon courage !

— Viny

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *