Viny, la tante câline à rayures — Portrait chinois des RenardsHâtifs #1

Bienvenue sur le premier Portrait chinois des RenardsHâtifs !

Comme on s’est dit que vous ne nous connaissiez pas assez, on a décidé de se prêter à l’exercice du portrait chinois : on se dévoile en quelques questions sous la forme du « Si j’étais telle chose… je serais cela ». Celles-ci peuvent porter sur le livre, l’auteur ou l’expression qu’on pourrait être… Ou encore sur la sucrerie, la série ou même le numéro de fond de verre de la cantine dans lequel on rêverait d’être réincarnés.

On commence par Viny, la tante câline à rayures chez les RenardsHâtifs !

On se retrouve chaque mardi et samedi pour un nouveau portrait !


Viny, co-auteur et interprète du DMO3


Si tu étais un livre, lequel serais-tu ?

Je serais Capitale de la douleur suivi de L’amour la poésie  de Paul Éluard, oui, je sais c’est un recueil de poèmes, mais on a dit un livre, et un recueil de poèmes c’est un livre ! C’est mon livre fétiche, plus un gri-gri qu’autre chose, je l’ai emmené partout, et il y a dans la drôle d’écriture du poète quelque chose qui résonne en moi. J’aime la douce incompréhension que j’ai à regarder les vers former un poème, et la frustration du sens qui s’échappe est un plaisir masochiste que je cultive avec allégresse.

q1-livre

 

 

« Tes yeux sont revenus d’un pays arbitraire

Où nul n’a jamais su ce que c’est qu’un regard

Ni connu la beauté des yeux, beauté des pierres,

Celles des gouttes d’eau, des perles en placard »

 

 

 

 

 

 

Si tu étais un écrivain ?

Ernest Hemingway, enfin selon un test que j’ai fait sur internet n’ayant aucune idée de quoi répondre.  Et puis pour le prestige d’avoir écrit ça :

« We are all broken—that’s how the light gets in »

q2-ecrivain

Si tu étais une expression, un proverbe ou une maxime ?

q3-expression

« La femme est un homme comme les autres »

 

Si tu étais un tome de la série Hunger Games ?

q4-hungergames

Tout d’abord je tiens à remercier Godot et Bol-de-Riz pour cette question étrange qui m’a fait me creuser la tête parce que «  mais je ne sais pas moi bordel ».

(Dois-je ici vraiment préciser que j’apprécie la vulgarité ponctuelle, même si on m’a souvent reproché que ce n’est pas joli dans la bouche d’une jeune fille : mais entre vous et moi, je trouve qu’il y a dans les sonorités Bor-delle quelque chose de libérateur. Une jouissance à la prononciation, mais je divague…)

 

Si j’étais un tome des Hunger Games, je serais le premier, qui est le début de la fin, celui où au final, la décrépitude manifeste du monde n’a pas atteint son paroxysme et que les haricots ne sont pas encore cuits quant à tes espoirs que ça se termine bien.

 

Si tu étais une figure de style ?

q5-figure de style

 

Sans nul doute un oxymore. Ne serait-ce que par la tendresse que j’ai à l’égard de la figure elle-même.

Oui cette phrase est utilisée par tous les professeurs de français du monde, mais osez venir me dire que, ça, ce n’est pas une des phrases les plus classieuses du monde. Venez, je vous attends !

« Cette obscure clarté qui tombe des étoiles »

Et puis j’aime bien mettre de l’ « oxymorique » dans ma vie, sans ça vaudrait-t-elle la peine d’être croquée à pleines quenottes ?

 

 

 

 

Si tu étais un mot du champ lexical de l’haptique* ?

(*L’haptique, c’est la science qui est en rapport avec le toucher !)

Un câlin. Premièrement, je suis très tactile et sans un minimum de contact physique avec autrui, je dépéris, ensuite parce que un câlin c’est probablement la chose la plus douce au monde. Et puis c’est peut-être le meilleur moyen de dire aux gens qu’on les aime sans mots.

q6-haptique

 

Si tu étais le numéro au fond d’un verre (comme dans les cantines) ?

q7-numéro verre

Le numéro qui va chercher le pichet, toujours, c’est une des grandes constantes de ma vie.

 

Si tu étais une arme ?

q8-arme

 

 

 

Une petite cuillère, c’est tout-à-fait innocent, mais pour peu que l’on s’en donne la peine, c’est long et douloureux, et très inventif. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si tu étais une insulte ?

q9-insulte

 

 

 

 

Patate !

(Terme qui exprime mon affection)

 

 

 

 

 

 

 

Si tu étais un membre des RenardsHâtifs ?

Godot (ou SireGodefroy), parce que parfois je me dis que, au lieu de faire des analyses stylistiques de phrases ou de commentaires facebook, j’aimerais bien pouvoir étudier des jeux vidéo, pour changer un peu quoi. Et aussi parce sa peluche renard claque !

 

— Viny

Retrouvez Viny tous les trois vendredis sur YouTube dans le DMO3 ! Ou « Demo des Maux des Mots » (à prononcer démo cube), la chronique où trois nanas, et Félix (la caméra), t’expliquent des mots bizarres et compliqués en tout genre pour que tu puisses te la jouer en soirée.

Cliquez sur la vignette pour accéder au dernier DMO3

Lien vers la playlist du DMO3 : ici

Une réflexion au sujet de « Viny, la tante câline à rayures — Portrait chinois des RenardsHâtifs #1 »

  • Si je devais décrire ma réaction : ah ! ah !

    Je vois très bien vinydefroy en convention avec une belle pancarte free hugs et un flacon d’aspirine à la main !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *