Les Renards à la Comédie du Livre

Le week-end du 29 mai, il y avait la fête des mères, mais pas seulement ! C’était également le week-end de la 31ème Comédie du Livre à Montpellier ! Comme vous le savez, les renards sont gagas de livres et ne pouvaient donc pas manquer ce gros évènement littéraire ! Queen V, Nev, Loum et Manou ont même été au cœur de l’évènement en y travaillant en tant que bénévoles !

  • La Comédie du Livre, qu’est-ce que c’est ?

La Comédie du Livre, c’est un salon du livre (gratuit, critère très important pour les étudiants que nous sommes !) qui a lieu chaque année à Montpellier, près de la célèbre place de la Comédie (d’où son nom). Ce salon a la particularité de se dérouler à l’extérieur, sous de grosses tentes, sur l’esplanade de Montpellier et il a toujours lieu le dernier week-end de mai (du 27 au 29 mai cette année). On y retrouve des auteurs d’horizons totalement différents : des écrivains contemporains, des auteurs jeunesse, de polars ou d’essais. La Comédie du Livre est divisée en quatre zones principales : une tente où l’on retrouve les auteurs du pays invité, une autre avec les auteurs français conviés par les différentes librairies montpelliéraines, une partie avec les maisons d’édition régionales et enfin une dernière zone « jeunesse » où étaient présents des auteurs, dessinateurs et plusieurs animations pour les enfants ( et les plus grands) !

Lors de chaque édition, plusieurs auteurs français sont présents pour des séances de dédicaces et diverses conférences dans les principaux centres culturels de Montpellier : la Panacée, le centre Rabelais, le Gazette café, la médiathèque Émile Zola… Il y a également à chaque fois un(e) auteur invité qui a “carte blanche”, un éditeur à l’honneur et un pays invité. Évidemment, il n’y  pas que des auteurs qui sont présents : il y a aussi des illustrateurs, et cette année Lorenzo Mattoti (connu sous le pseudo Casterman) a dessiné l’affiche de 2016 ! comédie1

Cette année, l’auteure invitée principale était Maylis de Kerangal, qui publie aux éditions Verticales. La Comédie lui a offert “carte blanche”, c’est-à-dire qu’elle peut inviter les auteurs de son choix durant les trois jours du salon. Maylis de Kerangal a choisi d’inviter sept écrivains : Peter Szendy, Olivia Rosenthal, Marie-Hélène Lafon, Oliver Rohe, Joy Sorman, Hélène Gaudy et Jérôme Ferrari. L’éditeur à l’honneur était Verdier, avec dix de ses auteurs présents sur les différents stands : Pierre Bergougnioux, David Bosc, Walter Siti… (Pour la liste complète c’est ici ).

Le pays invité était l’Italie, avec une trentaine d’auteurs italiens présents durant les trois jours pour des temps de dédicaces ou de conférences. Il y avait autant de grands noms italiens que de jeunes écrivains de la « nouvelle vague » : Andrea Bajani, Antonio Moresco, Luca Poldelmengo, Giancarlo De Cataldo, Carlo Bonini, Paola Barbato… Ces noms ne vous disent rien ? Ne vous en faites pas, nous les avons aussi découverts grâce à la Comédie du Livre, et on ne peut vous donner qu’un seul conseil : foncez les lire ! (Pour les découvrir c’est ).

Nev’ vous fait découvrir son rôle et ses impressions suite à cette 31ème Comédie du Livre :


La Comédie du Livre, 31e édition : l’événement phare du dernier week-end de mai pour une grande partie des montpelliérains, mais pas que. Au milieu de toute cette foule, une quarantaine de petits Ambassadeurs du Livre, dont quelques Renardes. Dont moi. Et s’il avait fallu tous nous catégoriser, avec d’un côté les habitués et de l’autre les novices, j’aurais fait partie de la seconde catégorie. Une grande première, j’ai découvert la Comédie du Livre presque en même temps que l’auteur qu’il me fallait accompagner. Sauf qu’à la différence de lui, j’étais brieffée depuis plusieurs mois par l’équipe.

comédie4Giacomo Todeschini, voici le nom de l’auteur que j’ai eu la chance d’accompagner durant ces quatre jours intensifs. Jours durant lesquels il a notamment pu dédicacer deux de ses livres publiés en France aux éditions Verdier (qui était d’ailleurs l’éditeur invité, ne l’oublions pas !) : Au pays des sans-noms : gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires du Moyen-Âge à l’époque moderne, et Richesse franciscaine : de la pauvreté volontaire à la société de marché, sortis respectivement en 2015 et 2008. Nous l’aurons compris grâce aux sujets mêmes dont regorgent ces longs titres : Giacomo Todeschini est un historien italien, et surtout un grand spécialiste de la pensée économique médiévale. Le voir dédicacer les premières pages de ses livres et entamer de riches discussions avec les lecteurs montrait bien à quel point il est passionné, et c’est encore un faible mot. Professeur d’université, il écoute sans interrompre, corrige de petits détails, semble réfléchir à chaque idée qu’on lui présente.

Je parle peu de ses livres en eux-mêmes, pour la simple et bonne raison que je ne les ai pas lus. M’y connaissant très peu en Histoire de façon générale, je ne me suis pas lancée dans ces lectures-là. Ce n’est pas pour autant que j’ai rechigné à l’écouter en parler, loin de là. Mais je pourrai bien mieux parler de l’homme en lui-même que de ses avancées historiques. Quoi qu’il en soit, ce fut un plaisir de les accompagner, Giacomo Todeschini et sa femme, à travers les différents lieux de Montpellier, même s’ils sont vite devenus indépendants et visitaient la ville comme bon leur semblait ! Ils se sont tout de même manifestés par leur extrême gentillesse.comédie5

En revanche, si je ne peux pas parler des livres de Giacomo Todeschini, je peux évoquer celui de Tommaso Pincio, également invité et que j’ai lu : Un amour d’outremonde, aux éditions Denoël, son premier roman publié en France en 2003. L’histoire est, à première vue, assez loufoque. Le narrateur, un certain Homer B. Alienson, ne dort pas depuis quasiment une vingtaine d’années, de peur de devenir « différent » et est persuadé que tous les autres sont « différents ». Pour ne pas qu’ils le transforment dans son sommeil, eh bien, solution radicale, il ne dort plus, et réduit alors au strict minimum ses interactions sociales. Une seule personne passe à la trappe de cette restriction : un certain Kurt, rencontré sous un pont, qui lui offre une solution pour dormir, « l’arrangement », qui n’est autre que l’héroïne. Mais si Homer a résolu son premier problème, un autre est toujours présent, répondant au doux nom de l’amour. On suit Homer dans ses pérégrinations, suivant parfois le seul ami qu’il possède, Kurt, jusqu’à aller se perdre dans le Nevada et raconter sa vie aux touristes venus voir les extra-terrestres.

comédie6Je ne vais pas vous spoiler, mais l’écriture de Tommaso Pincio laisse constamment planer le doute : suit-on réellement Homer, ou bien le narrateur est-il Kurt ? On se perd, au point de ne presque plus savoir qui est qui, et s’il y a réellement deux personnes distinctes. Et à travers les pensées parfois un peu déjantées d’un toxicomane presque inconscient de son état, se profile toute une génération, celle des années 1990. Et à travers les personnages, une mélancolie qui fait que, si Tommaso Pincio condamne ses personnages par son style, on s’y attache malgré tout, et on en vient presque à avoir de l’empathie pour eux. À côté de ça, même si le nom de Cobain n’est jamais écrit, on le devine facilement à travers les lignes puisque l’auteur reprend des faits correspondants au chanteur, qu’ils soient avérés ou démentis d’ailleurs.

— Nev’


La Comédie du Livre, ça a été l’occasion de rencontrer des gens plus qu’intéressants, des livres et des auteurs géniaux, des éditeurs de partout, des conférences sur des sujets très différents… En clair, la 32e édition est déjà prévue dans mon calendrier de 2017 (que je n’ai pas encore).

Si, comme nous, vous aimez les livres en tous genres, nous ne pouvons que vous conseiller d’aller à la Comédie du Livre l’année prochaine, si vous le pouvez ! C’est un évènement vraiment extra si le monde du livre vous intéresse et vous passionne, et qui sait, peut être que votre auteur préféré sera présent en 2017 ?

— Manou

Une réflexion au sujet de « Les Renards à la Comédie du Livre »

  • C’est vraiment une bonne experience pour vous les renards,vivement l’année prochaine pour vous vous régaler et nous vous lire.Bonne continuation vous écrivez toujours aussi bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *