La sélection du mois d’Hatanna

Bonjour les renardeaux !

(Pourquoi renardeaux ? Parce que c’est tout mignon et recouvert de fourrure. Enfin, passons.)

Grande dévoreuse d’ouvrages, tel est désormais mon nom, et je souhaiterais vous faire part de mes découvertes du mois. Rien de fou, une petite quinzaine environ. Peut-être plus… Quoiqu’il en soit, ne vous inquiétez pas, je ne vais vous parler que de quelques uns.

Tout d’abord, Illusion, le commencement de Charlotte Sanchez. Cette jeune auteure est carrément née le même jour que mon frère ! Dingue non ? Oui, je sais, on s’en fiche.

En quelques mots voici donc l’affaire :

Sarah est spéciale et ils l’ont bien compris. 15, le nombre de cobayes. 14, le nombre de morts. 3, le nombre d’injections. A, le nom du groupe sanguin. D’amour en jalousie, de rencontres en trahisons, la jeune fille subit des expériences particulièrement éprouvantes. Et lorsqu’elle se sent enfin en sécurité, elle se voit de nouveau mise en cage. Comment réagiriez-vous si vous étiez le nouveau rat de laboratoire ?

Alors, intrigués ?

Une vraie perle de science-fiction !

Poursuivons.

Une BD désormais. Qui ne connaît pas le célèbre gaulois, Astérix ? Vous ? Non ! Je n’y croirais pas. Ainsi, après un détour sur le site Actualitté, me voilà partie acheter le dernier tome retraçant les 12 travaux d’Astérix. Ce n’est qu’une simple adaptation du dessin animé de 1976 mais cela reste un cultissime ouvrage pour tout fan qui se respecte. On y redécouvre le duo de choc accompagné de sa mascotte. Des énigmes les plus farfelues à la maison des fous, rien ne manque. Moment de détente 100% garanti !

Fan de serials killers ? Ne bougez pas, j’ai une nouveauté à vous proposer. Kebab Killer ! On se croirait presque dans la Cité de la Peur ou dans un passage du film Astérix Mission Cléopâtre où César cherche à prononcer son nom avec un accent anglais parfaitement maîtrisé. Alors, que dire de cet ouvrage écrit par Bernard Degioanni ? Un peu de sang, un peu de contexte social et une touche de voyage à travers la France. Un mystérieux tueur laisse derrière lui quelques cadavres. Mais pour quelles raisons ? Que font donc ces pauvres diables qui cuisinent grec ? Réponse dans 326 pages de suspens.

Allons désormais découvrir les fonds fantastiques d’une œuvre marine. La Fille des éléments – Ophélia, fille de l’eau nous est offert par Morgane Martin. En quelques mots, Ophélia est une jeune adolescente tout ce qu’il y a de plus normal. Elle va à l’école où elle fait quelques bêtises sans gravité avec son meilleur ami, malgré les remontrances des parents aimants et attentifs, jusqu’au jour de ses 14 ans. C’est alors qu’un rêve étrange survient et les souhaits de la jeune Ophélia deviennent réalité. D’où vient donc ce lien particulièrement étroit avec l’eau ? Entre jalousies adolescentes et trahisons, Ophélia tente de comprendre le monde qui l’entoure. L’ennemi est partout. Alors, quel fléau sera le sien ? Quel mal devra-t-elle affronter ? Dévorez ces pages pour le découvrir.

Et si nous partions désormais vers l’Ouest ? Vous savez, les westerns, les cowboys, les trucs de ce genre. Eh bien si c’est un univers qui vous tente, je vous propose La Métamorphose de l’aigle de Gérard Morvan.

Aigle Noir, Petite Fleur et son père le Sorcier vivent en paix au milieu de leur tribu sur leur ancestrale terre indienne… leur Totem. Jusqu’à ce que surviennent les visages pâles ! Cowboys et colons violent leur territoire pour rejoindre l’Ouest, leur eldorado. L’affrontement est alors inévitable…

La fresque de personnages qui nous est dépeinte mêle visages pâles et peaux rouges. Les conflits fusent tandis qu’à dos de mustang ou munis de « bâtons de feu » les hommes s’entretuent. Nous passons du point de vue de l’un à celui de l’autre sans jamais perdre de vue la barbarie qui sommeille en chacun de nous.

Après plusieurs années de recherches et d’écriture, l’auteur nous livre un roman riche en détails et en traditions. Il nous offre une traque sans merci à travers la conquête de l’Ouest.

 

Et si nous retournions vers nos penchants les plus sombres ? Que diriez-vous d’un petit polar avant de conclure ? Ainsi, voici Tempête de haine de Nataly Frachet.

Laureen vit un amour passionnel avec son mari Pedro dans leur maison du Jura. Une famille fusionnelle…

Effacée, le cœur sur la main, incapable de dire non, notre héroïne s’est souvent laissé marcher dessus par une personnalité plus imposante. Alors qui peut bien lui en vouloir au point de tenter de l’éliminer ? Et surtout, pourquoi ? Elle qui avait pourtant une vie bien ordinaire…

À travers de nombreux flash-back, l’auteure nous aide à comprendre qui est ce mystérieux individu qui souhaite la mort du personnage principal. Elle développe ainsi notre réflexion et notre aptitude à dénouer l’intrigue aussi vite que le commissaire en charge de l’enquête.

 

Mais c’est que nous arrivons déjà à la fin ! Tadam !

Cela parle de fantasy, de dragons, d’elfes et d’un poil de cheval. Une idée ? J’imagine que non. Et si je vous dis Galbatorix ? Une idée peut-être ? Eh bien il s’agit d’Eragon écrit par ce cher Christopher Paolini. Mieux vaut tard que jamais comme on dit. Je n’ai jamais été fan des suites à succès. Harry Potter ? Pas lu. Le Seigneur des anneaux ? Pas lu. Hunger Games ? Pas lu. Et j’en passe des bonnes et des meilleures. Mais revenons plutôt à nos dragons. Effectivement, je comprends après toutes ces années pourquoi le film a fait un flop et pourquoi il n’y a jamais eu de suite. J’avais bien aimé, à l’époque, mais il est vrai qu’une fois le livre en tête, le film est à jeter. Le bouquin est tellement génial ! Même si c’est quand même un sacré pavé. Mais il est cohérent, entraîne le lecteur dans la quête du jeune Eragon, soulève des mystères à n’en plus finir et nourrit la soif de savoir du tourneur de pages. L’imagination s’emballe et nous voilà partis loin, dans un univers totalement étranger au nôtre mais qui fait carrément rêver. Alors, si comme moi, vous avez mis dix ans à vous décider, n’hésitez plus ! C’est un régal !

 

Voilà les renardeaux. J’espère que ces quelques lignes vous ont donné envie de lire. Si vous voulez des pistes, n’hésitez pas à regarder par ici pour découvrir mes coups de cœur de la semaine.

À bientôt pour de nouvelles lectures !

– Hatanna

2 réflexions au sujet de « La sélection du mois d’Hatanna »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *